Ghostly Roses
Bienvenue mon lapin, entre vite on t'attend !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lee-na Kwon-ji

avatar


MessageSujet: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Jeu 14 Sep - 20:40

Plic. L'eau fourmille sous tes orteils, farouchement repliés sur eux même. L'air humide agresse ta peau, presque autant que l'odeur de chlore agresse ton nez - pourtant habitué à toute sortes de senteurs. Tu fronces les sourcils, petit monstre. Alors que tu n'as même pas passé la porte des vestiaires. Cette atmosphère t'es tout simplement désagréable, au point que fuir en courant te semble être une option plus qu'envisageable.
Que fais un petit monstre terrestre dans l'eau?
Tu n'es pas encore "dans" l'eau, à proprement parlé. Tu es simplement à l'entrée des vestiaire, la ou le sol laisse entrevoir des petites gouttes solitaire, échappées du bassin dans lequel elles sont rassemblé en une flaque énorme.
Un gouffre sans fond.
Tu frissonnes.

Ploc. Un sourire évasif de la gardienne et tu fais un pas en avant, t'enfermant sans plus de cérémonie dans une cabine sans demander leur avis à tes accompagnateurs. D'ailleurs, qui t'accompagne ?
Ton amie, ta seule amie. Ta si précieuse amie. Évidemment.
Elle est la seule pour qui tu as accepté de suivre cette idée, haussant simplement les épaules comme si cette initiative t'importait si peu alors qu'à l'évidence, l'angoisse avait très-trop- rapidement eu raison de toi.

Il ne fut pas difficile de retirer le peu de vêtements qui t encombrait, vêtements que tu as rapidement balance hors de la cabine afin qu'ils partent s'échouer de l'autre côté, loin. Tu sors, croise ton reflet dans les grands miroirs mis à dispositions et un sourire effleure tes lèvres.
Quelle classe.
Il faut dire que le maillot de bain de céleste, type rose bonbon à volants transparents, te sied à merveille. A deux tailles près.
Il flotte sur ton corps et laisse entrevoir ton torse, les bretelles tombent sur tes bras et le bas pend clairement entre ton entrejambe. Une vraie playmet.

Tu trotte rapidement dans l'idée de trouver ta moitié, mais tes mouvements sont bien vite stoppés. Tes pieds. Ils touchent de l'eau. Pleine de microbe, de mycoses.Et de dieu seul sait quoi d'autre   . Tu grimaces. Et soudainement, tu te mets à frapper violemment sur toutes les portes des cabines fermées, dans l'idée que ton hybride sorte de sa cachette. Non pas que tu ai hâte de la voir en maillot de bain, c'est surtout que histoire de chopper des champignons au pieds, autant que ce soit entre amis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leiko Downfeather

avatar


MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Sam 16 Sep - 3:05

Leiko ne savait pas trop quoi faire aujourd'hui, à vrai dire elle s'ennuyait franchement. Elle aurait bien stalké Victor de loin, mais ça allait finir par se voir. Il faisait chaud, même pour la créature venant à moitié des enfers, Et elle aurait bien eu envie d'aller se mouiller à la piscine. Mais toute seule ... Ce n'est pas drôle. A vrai dire elle avait plus l'envie d'y aller pour s'amuser quitte à ce que ce soit sur le dos des autres que de simplement faire de la brasse. Lucas n'était pas là, parti en vacance avec sa famille dans le pays natal de la vampire. Il restait donc deux options, deux autres amis : Victor et Lee-na. Elle n'aurait jamais osé demander clairement à Victor de l'accompagner, et puis ça aurait été une succession de moments Awkwards, satisfaisants, mais bizarres. Non. Elle voulait vraiment se vider la tête, et qui d'autre sur terre est la mieux placée pour ça ? Quelle est la personne qui sait le plus te faire rire et t'accompagner dans tes idées ? Lee-na. Mais Lee-na avait peur de l'eau. A la reflexion, elle ne serait pas obligée de se baigner, elles peuvent toujours s'amuser à pousser les autres dans la piscine !
Quand elle lui a proposé Lee-na a accepté sans vraiment broncher, ce qui a étonné l'hybride, Mais après tout, tant mieux !

Alors qu'elle cogitait en se mettant en maillot de bain on tambourina à toute les portes. Elle sorti la tête et vit son accolyte de toujours. Elle sorti du estiaire pour la rejoindre, elle réprima un petit rire en voyant son état et se regarda elle aussi dans le miroir. Rien de bien folichon, un maillot de bain en deux pièces noir de type sport (brassière et short) auquel elle a rajouté quelques petites pièces métalliques. Le miroir lui renvoyait son image, son image de fille fine, son physique de crevette et pourtant étaient visibles les quelques stigmates de ses divers combats et chutes. Elle sourit à Lee-na et récupéra leurs affaires pour les mettre dans un casier commun et attacha la clef à sa cheville. C'était parti pour la trempette.

En entrant dans la piscine elle voyait qu'il y avait un peu de monde, mais ce n'était pas très bruyant, il y avait des toboggans, des cours d'eau, des jets, des tapis, des frites ... Leiko en saisi une et tapa nonchalament sur la tête de son amie avec.

Poum !

Et elle sourit, qu'est-ce qui pourrait les amuser toutes les deux sans que lee-na ne se fasse mouiller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee-na Kwon-ji

avatar


MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Mar 19 Sep - 18:58

Serait-ce une esquisse de sourire qui se dessine sur ton visage tandis que celui de Leiko franchi la porte ? Eh bien non. Ce n'est ni plus ni moins que ton expression vide de sentiments. Néanmoins, tu n'hésites pas à saisir sa main pour l'entraîner vers les bassins, dans lesquels tu ne poseras même pas un regard. Ton regard est bien trop occupé à scruter les alentours, à juger qui est présent et qui ne l'est pas. Tu remarques sans tarder la présence d'un elfe décoloré que tu connais bien, non pas par plaisir ; tu lui a bien percé deux ou trois de ses ballons qui se sont bien trop approchés de toi. A ses côtés; ses amis rient et parlent fort, tout ce que tu détestes. Le groupe de la popularité, le groupe inateignable. Pourtant, tu te sens soudainement si bien en étant celle que tu es, accompagnée de ton hybride. Tu préférerai mourir plutôt que de vivre comme eux, ce n'est pas une surprise.
De loin, la silhouette plantureuses d'une demoiselle attire ton regard, il glisse soigneusement le long de sa chevelure châtaigne et tes sourcils se froncent. Milady la sirène, bah tiens.

La petite grimace mimant un grognement que tu exposes à Leiko prouve les sentiments éprouvés envers ce genre de spécimens. Pas les sirènes en généralité (bien au contraire), mais plutôt les gens.

Tu as d'ailleurs presque oublié que tu barbotes à moitié dans l'eau, tes pieds remuant inconsciemment dans les débordements des bassins. Tu expires bruyamment et resserres la main de ton amie. Puis, tu finis pas secouer cette dernière pour qu'elle te lâche. Trop de touché tue le touché.

Petit monstre, ton adorable regard est à présent fixé sur ce avec quoi tu viens de te faire frapper. Quelques secondes ne sont que trop pour que tu saisisse violemment l'objet pour le balancer aléatoirement dans le bassin, t arrangeant en vérité pour qu'il touche un groupe en particulier. Des lors au lieu de te cacher, tu te hisses sur un faux palmier pour te redresser fièrement et faire signe de présence.

Mademoiselle, descendez de ce palmier!


Rabat - joie.
Dans tout les cas, tu as maintenant trouvé ce avec quoi tu vas t'occuper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenaï Denahi

avatar


MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Mar 19 Sep - 19:11

Rien de tel que la piscine pour exposer son corps dont les vestiges d'un bronzage perdurent, révélant aux yeux de tous des muscles délicatement dessinés. Voir les regards se tourner vers soi, c'est plaisant. Surtout quand on est un garçon de 16 ans avec la tête gonflée comme un ballon de foot -et je ne fais pas seulement référence au fait qu'elle soit uniquement remplie d'air.
Un sportif playboy comme Kenai ne se bouge pourtant pas trop à la piscine, puisqu'il est sensée simplement se montrer. Parler fort, faire le coq. C'est tout.
Sauf qu'un kenai ne reste jamais sage dans l'eau, son élément lui rappelant bien trop facilement les gènes d'elfe des glaces qui coulent dans ses veines. Et surtout ses gènes de petit con. C'est ainsi qu'on se retrouve avec un Mickael fière et stoïque, digne d'un poster en toute occasion. Et un Kenai dissipé au regard joueur, attentif à la première perche qui lui serait tendue afin de subvenir à ses besoin de casse - pied.
Évidemment, il arrose le groupe de fille présent à ses côtés, tellement souvent présent qu'il en oublierai presque qu'elles existent réellement et ne sont pas de simple accessoires.

Kenai arrête, tu vas faire couler tout mon maquillage!


La est tout le but.
Faire couler le maquillage, décoiffer les cheveux, retirer les maillots de bains, noyer leurs petits corps féminin sous l'eau. Voilà ce à quoi il a envie de s'amuser.

Psst Ken, je savais pas qu'elle en avait une si grosse paire, celle là.

Le regard de l'elfe se tourne vers la dite grosse paire. Un instant du moins

Ah ouais top! Hey sinon on va dans le grand bassin pour voir qui reste au fond le plus longtemps ?

Évidemment, son idée est tombée à l'eau (sans mauvais jeux de mots) parce que le seul but de mickael aujourd'hui était de se montrer. Et faire l'andouille avec son cousin ne le mettrai définitivement pas à son avantage devant la maitre nageuse dont il tentait d'attirer le regard, et ce même si elle devait bien avoir cinq ans de plus que lui.

Il commence à s'ennuyer, notre elfe des glaces. Si bien que l'envie de transformer ces bassins en patinoire lui a brusquement traverse l'esprit.
Avant qu'une frite sauvage ne vienne s'échouer près deux.
Un large sourire se décroche sur son visage tandis qu'une plainte se fait entendre.

Euuh wesheeuh? C'est qui qui a lancé ça ?

"C'est qui qui". Il n'en faut pas plus pour que notre elfe eclate de rire. Son regard désormais posé sur Lee-na qui vient à peine de se faire interpeller. Il porte son attention sur le duo atypique, découvrant que l'accompagnatrice de Lee-na n'est autre que la démone étrange.
Il aimerai bien connaître son prénom, juste comme ça.
Il ne faut pas croire, mais connaître un prénom est une grande victoire pour lui. S'en souvenir surtout. Il se souvient de celui de Lee-na parce qu'il ressemble à celui de sa mère, purement et simplement.Alors qu'en fait, il s'en fiche de son prénom autant qu'il se fiche d'elle. Il se fiche de Leiko aussi, même si la démone n'est en rien son ennemi -à ses yeux. Elle reste une fille,
brute et garçonne, mais une fille quand même. D'ailleurs, c'est son côté garçonne qui fait que Kenai reste planté sur elle à ce moment, la fixant de haut en bas. Non pas pour trouver des éloges à son physique -l'elfe préfère les filles bien plus "filles" et bien plus en chair- mais parce qu'il se dit finalement que s'il y a bien un genre de fille avec qui il pourrait être ami, c'est elle. Parce qu'elle ressemble à un garçon.
Sur ces pensées aussi philosophiques qu'utiles, Kenai lève la main et la secoue bêtement, interpellant les deux brunettes.

Hey machin! Truc ! V'nez !


Bah quoi. Elles ont l'air d'avoir des idées de jeux, elles au moins. Bon, même si balancer des frites sur les gens est loin d'être sa tasse de thé, ça reste un jeux.

EuhKen pourquoi t'appelles les pouilleuses là arrête, elles vont croire qu'elles ont des amis après.

Bah elles sont pas à l'école avec nous, si ?

Ouais mais elles craignent !

Ah ouais ok j'savais pas ! Bon bah on va au bassin ?

C'est ce qui est facile dans le fait d'être Kenai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar


Un peu plus sur ton perso ?
né(e) le:
Petit(e) ami(e):
signe(s) particulier(s):

MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Mar 19 Sep - 23:38

Entre copines ou plutôt encore meneuse de meute et petits toutous royaux, Milady et ses fièvre servantes étaient là, squattant la pataugeoire. Je vous décris un peut le tableau tous de même parce qu'il mérite d'être visualisé, simplement pour avoir le plaisir de leur donner à chacune une bonne claque... Oui, c'est gratuit.
Nous avons une petite pataugeoire de type pataugeoire pour enfant avec au ventre un champignon. Ce champignon propulse des petits jets d'eaux toutes les 5 minutes environs.
Le bassin est assez petits, si petits que les 5 filles - oui elles sont 5, c'est comme ça que je vois le truc - se disputent un petit espace d'eau chacune.
Sauf Milady, bien sûr.
Milady, c'est la meneuse, la patronne, la chef, la fille populaire que beaucoup lèche les pieds pour ne pas finir dans son viseur car Dieu seul sait combien elle peu être mauvaise autant qu'hypocrite et prétentieuse.
Oui, Milady est le stéréotype même de la fille populaire indésirable mais enviable à la fois. Elle casse les pieds à beaucoup, elle agace, elle énerve, on rêve tous - ou presque - quelle se casse une jambe ou bien pire souffrance. Mais à côté de ça, on lui fait des mamours, on lui sourie et lui laisse même la place de devant en classe, et la place du font au centre dans les car.
Il faut dire ce qui est aussi: Milady est belle. Beaucoup maquillée et souvent portant des tenues aguicheuses mais elle est vraiment belle. Mais elle le sait. Et elle est pourrit à l'intérieur... C'est un fruit traité, Milady: magnifique, parfaite et brillante, de bon calibre, mais l'intérieur est farineux, sans goût, moisie parfois.
Donc, nous en étions à Milady et sa place dans cette pataugeoire: elle a bien sûr le monopole de celle-ci, occupant la place qu'il lui faut et plus qu'il ne lui en faut. Elle est bien sûr sous sa forme de sirène puisque rien n'est plus beau qu'une sirène surtout quand on à la chance d'être un Betta splendens ! Elle reposait son corps sur ses coudes posés au sol, en arrière et forçait sa courbure pour donner à sa poitrine une belle apparence - mais aussi pour montrer ses côtes et ce ventre faussement plat.
Elle regardait les garçons. Tous les garçons. Se moquait avec ses copines - et pas amies hein - des vieux, des gros, des grands. Riant bêtement dans le but ultime de se faire remarquer pas les jeunes de leurs âges, les beaux, les musclés, les colorés, les riches.
Milady aussi regardait le groupe de Kenai et Mickael bien sûr. C'est pour eux qu'ELLE a décidé de venir. Trainant avec eux régulièrement, elle savait qu'ils seraient là aujourd'hui, alors vous vous doutez bien que pour en tirer de nouveau la faveurs de Mick - et pourquoi pas celles de Ken pour une fois ça lui changera - il fallait se montrer.

A Milady, on lui tripotait les cheveux parce que "wouha ils sont sublimes, Milady !", on lui hydratait la queue parce que "elle est sublime quand elle s'épanouit dans l'eau !" et on rie avec elle parce quelle "elle est trop drôle Milady".

Puis, l'heure du goûté sonna.


Oh-hoo les filles ! Mais regardez donc qui voilà !

"Les filles" ou ses acolytes béates se retournèrent et jaugeaient les deux nouvelles arrivantes dans le palais sacré de la sirènes. Qui oses ainsi pénétrer en ces lieux ?

Deux sans-races, deux bâtardes répondant aux noms de Leiko et Lee-na ! Alors mes chéries vous vous êtes enfin décidés de sortir de vos cercueils ?

Et on rit. Bêtement. Niaisement. Tandis qu'alors Milady se contenta de sourire, releva un sourcil en regardant Leiko comme pour attendre SA réaction. Mais elle surenchéris en se redressant et pointant Lee-na du doigt.

C'est quoi ça ? Chérie, t'es pas ici dans la maison pourrit de ta mère ! T'es ici en présence de personne populaire qui sont capables de te faire ou non une place dans le rang social ! Tu crois qu'avec ce... Chiffon tu puisse entrer ? Hahah ! Non seulement il ne cache rien mais en plus il est tous simplement horrible à voir ! Laisse moi deviner... C'est du Celeste signé ça ? Hahah ! Heureusement qu'elle a changé de style, elle était si minable avant, maintenant je la jalouserais presque !

Et on rie encore en surenchérissant "mais elle ne te vaut pas !" -"Mais tu n'as rien à lui envier !" - "blablabla !"
Remuant dignement le cou de gauche à droite et levant un sourcil tout en se remettant à l'aise, Milady gloussa, fière d'avoir tenté de rabaisser gratuitement une enfant.
Elle entends alors Kenai appeler les filles, se redresse et fit retentir sa pénible voix d'un "ça ne va pas nooon ?!" avant de rire quand Mick dissuada l'idée de l'invitation. Elle ria en regardant les filles. Traduction ? "vous ne valez rien, vous voyez ? Vous êtes fichés et tant que l'on sera dans le game ça ne changera pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leiko Downfeather

avatar


MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Mer 20 Sep - 0:51

La frite qu'elle tenait en main lui échappa des mains pour se retrouver à l'eau, éclaboussant un groupe de garçon qu'elle connaissait de vue. Le genre de garçon beau gosses pour qui la plupart des filles futiles et les hormones en ébullitions feraient tout pour attirer l'attention ne serait-ce que quelques secondes. ce qui était le cas de Milady et de ses toutous suiveurs, car oui, Leiko les avait repérées. Et du groupe de garçon comme du groupe de Milady, Leiko s'en foutait éperdument, même si elle avait trouvé là un bon paquet de jouets potentiels. Elle adorerait noyer Milady, mais celle-ci étant une sirène c'était impossible ... Mais ça ruinerait sa coiffure impeccable et son maquillage, et conaissant la bombasse ça pouvait être déja très drôle.
Alors que Lee-na venait de grimper au palmier, ce qui fit bien rire L'hybride d'ailleurs, celle-ci se fit sermonner et quelqu'un attira leurs attention.

Oh-hoo les filles ! Mais regardez donc qui voilà !
Deux sans-races, deux bâtardes répondant aux noms de Leiko et Lee-na ! Alors mes chéries vous vous êtes enfin décidés de sortir de vos cercueils ?


Leiko tourna la tête pour voir la sirène qui la jaugeait, en attente d'une réaction. Elle tourna son corps pour lui faire face et écarta légèrement les bras , le genre de mouvement pour "dire y'a quoi ? t'as un problème ?" Quand elle crut malin de faire des remarques sur Lee-na, Leiko tourna la tête de son acolyte pour observer ses réactions, Lee-na n'est pas du genre à prêter attention à ce genre de choses, surtout venant de ce genre de personnes, mais on ne savait jamais.
S'ensuit alors l'invitation de Kenai puis la réflexion de Mickaël. L'hybride haussa les épaules et alla s'asseoir sur la pile de tapis empilés dans un coin, Lee-na la suivrait sûrement, à moins qu'elle n'aie l'idée d'aller mettre un coup de pied dans la troche de Milady, par plaisir. Les deux options avaient la même probabilité.
Assise sur son tapis il y avait à côté d'elle un morceau cassé de ligne de flottaison qui servait à délimiter les couloirs de nages. Mais celui-ci "tait cassé et il n'y en avait qu'un petit morceau.Elle le prit et enleva minutieusement toutes les petites bouées afin qu'il ne reste plus que la cordelette. Elle l'enroula autours de sa main en fixant Milady, avec un regard que l'on pourrait qualifier de malsain sur son visage. Si la sirène continuait de les emmerder, et évidemment elle allait continuer, elle savait exactement quoi en faire.
Mais que faisait Lee-na ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee-na Kwon-ji

avatar


MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Mer 20 Sep - 19:56

Mais que faisait Lee-na ?

C'est vrai qu'elle est belle, Milady. Le plus objectivement possible, on ne peut nier que ne serait-ce que le visage de la créature marine nous rappelle son origine presque féérique. Une sirène, contée dans les fables comme étant de celles qui amenait les marins perdus jusqu'aux fonds des océans pour en dévorer l'âme.
Il n'est pas difficile de savoir que tu portes un intérêt particuliers aux...gens particulier, justement.

Ceci étant, ça ne répond toujours pas à la question ; que fais-tu, petit monstre ?

Ton corps avait glissé du palmier sur lequel il était perché pour que tu te retrouves auprès de Leiko, le regard posé sur la sirène. Baladant tes yeux sur les courbes de son corps, tu n'écoutais pourtant pas un mot de ce qu'elle pouvait bien baver. C'était futile, il n'y avait qu'à entendre résonner l'écho de sa voix pour le comprendre.
Concentrée sur elle, tu te demandais combien de temps son corps pouvait résister sous l'eau, combien de reflets ses écailles pouvaient-elle avoir, quel touché aurait sa chevelure ou encore, quelle odeur se nichait au creu de son cou.

Ah, on semble s'adresser à toi. Tu le devines par ce petit index nonchalement pointé vers ce qui semble être ton toi-même. Tu te retournes brièvement, histoire d'être bien sûr que ce ne soit pas le mur derrière toi qui soit visé. On ne sait jamais.
Il semblerait que la sirène se soit éprise de ton maillot au point de vouloir te le prendre, c'est du moins ce que tu comprends. Ou ce que tu fais semblant de comprendre.
Trop d'informations en même temps, tu te fais interpeller de 'lautre côté par l'elfe débile. Comme à ton habitude, quand le bruit se fait trop présent et que ça en vient à te faire tourner la tête, tu paniques. Et quand tu paniques, il faut que tu tapes dans quelque chose. C'est la raison pour laquelle tu avances sans prévenir vers le groupe de fille pour attraper les cheveux de l'une d'elle en t'asseyant,  mimant le geste que produisait machinalement l'un des moutons de Milady en caressant ses cheveux. La seconde d'après, tu te mets simplement à faire des noeuds dans les dits cheveux, littéralement. Tu noues les mèches les unes avec les autres.

Ce n'est pas pour te faire accepter, certainement pas. C'est surtout parce que c'est ce que tu sais faire de mieux : singer le monde qui t'entour. Et là en l’occurrence, tu n'as rien de mieux à faire. Tu tournes gentiment le regard vers Leiko, sa présence lointaine mais détectable te rassurant tout de même face à toutes ces étendues d'eaux. Néanmoins, tu n'en oublies pas ce que tu as dans la mains, tirant d'ailleurs d'un coup sec pour défaire tes doigts pris dans les poils de tête. Tu te relèves, éclabousse la brochette de thon avec tes pieds et te rediriges -le maillot pendant sur les fesses- en direction de Leiko avec ce petit air qui t'es propre. Soit un air parfaitement neutre en soit.
Toi ? Provoquer ?
Mais quelle idée. Il faut bien que tu t'occupes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar


Un peu plus sur ton perso ?
né(e) le:
Petit(e) ami(e):
signe(s) particulier(s):

MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Mer 24 Jan - 14:52

Elle a quoi celle-là à me regarder ?

D'un ton volontairement hautain et de sa voix la plus agaçante possible, c'est à Leiko que la belle sirène s'adressa directement à la troisième personne. Elle avait cet air facial arrogant qui énerverait n'importe qui, même quelqu'un de son rang, de son monde, pourvu que ce soit un visage ennemie.
Elle provoquait.
Puisque c'est ce qu'elle sait faire de mieux.
Jouer la provocation pour affirmer sa beauté, son irrésistible corps.
Ou bien jouer la provocation mental, gestuel, pour provoquer des guerres qu'elle-même ne gère pas généralement - ses copines et les garçons la convoitant s'en occupent très bien pour elle.
Milady, on la déteste. Mais on l'aime pour ne pas avoir à rencontrer des représailles. Ou on est à 100M% avec elle, ou on l'évite tout en lui souriant et lui passant de la pommade dans le dos au besoin. Rares sont ces élèves de l'école à ne faire rien de tous ça, à la détester bien visiblement. Mais il y en a et Leiko fait partie de ces rares personnes, ces rares personnes que la bergère Milady et son troupeau de moutons et de brebis adore importuner, faire monter la vapeur avec ces mimiques, cette provocation juste au dessus décrite.
Elle fixa l'hybride ange-démon, odieuse, s'appuyant à l'aide de ses coudes sur le rebord, se cambrant un maximum pour accentuer sa finesse de corps, mettre en valeur sa poitrine pas plus généreuse qu'une autre mais bien trop mise en valeur.
Elle remarqua bien sur ce avec quoi cette même fille peu admirable, bien trop en dessous d'elle jouait. Surement qu'elle devina ce qu'elle comptait comptait faire avec mais la femme-poisson se mit à glousser d'une manière si princière que l'idée même de la faire griller avec du riz nous plairait à tous. Elle se redresse tous en riant et mit la main à l'oreille de celle-qui-lui-touchait-les-cheveux; cette dernière se mit également à rire, un rire forcé voyez-vous bien. Elle le répéta au autre et se fut la chaîne. Elles se mirent toutes à regarder Leiko de leurs air les plus hautains, les plus méprisants.

C'est ton nouveau joujoux ? Tu t'es mise au shibari ? Fais attention tu risques tu risque de te faire du mal avec ça pauvre petite pupuce !

Et on se mit encore à rire. Une vraie comique cette Milady !
Mais soudain, l'ambiance fut coupée par l’intrus, celle qui ne parle jamais, celle qui doit avoir un sacré problème psychologique, celle qui en plus n'a aucune pureté déjà racial mais en plus ethnique. La gamine que Milady déteste le plus dans le duo puisqu'elle incarne pour Milady la peste dans le sens propre comme figuré. Rien que le fait de la voir, elle en a des envie de lui lever la main dessus mais là elle ne fait pas que de la voir: elle la touche, elle la frôle, son aura se mêle à la sienne et c'est comme toucher un rideau de douche mouillé: ça répugne.
Les autres filles on eu ce même moment de recule, mais puisque Milady ne bougeait pas, alors personne ne s'enfuit.
Milady règne. Elle ne partira pas même si sa peau doit entrer entièrement en contacte avec la gamine.
Celle dernière d'ailleurs s'empare de mèches de cheveux. Pas ceux de la sirènes, mais celle de la "moins populaire" des toutous, celle qui suit sans trop rien dire. Cette fille ne dit rien mais resta l'air béa jusqu'à se que tirage de tignasse s'en suive ou elle poussa un petit crie ou plutôt un son d'interpellation se frottant le point douloureux pour calmer le petit mal avant de se faire éclabousser. Comme tout le groupe d'ailleurs. Des cris et des plaintes de voix aiguë de fille frêles se font entendre. Aucunes n'échappe à la vague pas même Milady qui avait tout un côté de cheveux mouillé et ça, c'est quasi impardonnable.

Petite conne ! Tu te crois permis de tout parce que ton père est mort ?! "Oh ! Regardez moi ! J'ai à peine arrêté de mettre des couches que je me retrouve sans papa" avec comme seule famille une mère bien trop conne et une soeur qui jamais t'aimeras ?! T'es rien dans ce monde ma pauvre petite tu devrais plutôt rejoindre ton chinois de père !

Les jambes de Milady réapparurent mais celle-ci ne se leva que pour s'indigner sur sa peau et ses cheveux mouillés en parti. Les filles se levèrent en même temps qu'elle pour lui porter secours mais se font toutes recaler pour leur incompétence à "la protéger"...Wow...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee-na Kwon-ji

avatar


MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Jeu 25 Jan - 21:47

Si un jour le choix t'avais été donné de prononcer un mot, ça aurait été "Papa". Bien qu'il ne te sois pas compliqué d'imaginer que ta mère aurait eu pour seul appel son prénom, ce dernier représentant mieux à tes yeux ce qu'elle est pour toi ; ce caractère céleste presque trop idéal, il est évident que ton père aurait été "Papa". "Maman" n'aurait pas été vrai, "maman" n'aurait pas été sincère.
Pourtant, tu aimes ta mère petit monstre, bien plus que ton coeur ne peut s'en rendre compte, au point que sans elle tu te retrouverai désemparée et ce à cause de la façon dont elle te materne. Mais "maman", ce n'est pas ça.
Tu te reposes sur "maman", tu copies "maman", tu admires "maman". "Maman" aurait pû être Cali, mais pas Evangeline.
Alors que Papa.
Papa est tout, papa est une image de ce que tu aspires à devenir, un quelqu'un hors du commun, un visage dont on se souvient, une voix que l'on entend : mieux, que l'on écoute. Il n'y a rien que Papa disait qui sonnait vain, tout avait un sens aussi caché et infime soit-il. Ton papa, il était le meilleur de tout les "papas" et tu le crierai au monde entier. Mais tu ne peux pas crier, petite fille. Pas plus que ton père.
Tu te souviens des regards, ceux qui jugeaient la façon dont il secouait ses cheveux au vent, ceux qui jalousait ses ongles colorés, ceux qui étaient désemparés qu'un tel homme était..un homme, justement. L'étrange, le marginal. Evidemment que ce sont les yeux de l'amour qui le regardaient, évidemment que c'est aujourd'hui ton coeur d'enfant qui porte ce jugement, mais Dieu sait à quel point tu peux l'aimer ton père, et à quelle point il te manque.

Tout ça pour dire qu'au final, si tu avais pu parler, "Papa" serait entré dans le top de ton vocabulaire. Suivit de "chèvrefeuille" et "palourde", certainement.

Pourtant, dans la bouche visqueuse de la sirène, "Papa" sonne comme une insulte.
Pas le "mère trop conne" qui n'est au final que ce que tout le monde répète sans vraiment y croire, parce qu'au fond les gens savent que ta mère est loin d'être ahurie, mais c'est tellement plus facile de dire que quelqu'un de gentil est débile.
Pas le "soeur qui jamais ne t'aimera" puisqu'il s'agit purement et simplement de la vérité, que ce soit d'un sens ou de l'autre.
Mais "papa". "Papa" sonnait acre, "papa" sonnait faux. Il sonnait tout bonnement comme quelque chose que tu n'as plus. Et -soit dit en passant- il n'était même pas chinois, ton père.

Sans répondre, tu écoutes le venin du serpent le dos tourné, ta main s'étant machinalement resserré sur elle-même comme une vipère que l'on aurait saisi au cou.
Ton expression n'a pas vraiment changé, tes petites joues se sont légèrement gonflé d'air pour qu'ensuite tu puisses expirer un soupir difficilement traduisable.
Tu continues de t'avancer vers Leiko, un soudain éclat malin dans le regard,
et sans demander ton dû tu saisis ce qu'elle avait entre ses mains. Enfin, pas tout à fait. Alors que ton amie s'était amusée à détruire la ligne de flottaison pour n'en garder que la corde, tu portes ton choix vers les petites bouées rouges et bleus, emportant une bonne poignée (soit trois boules tout au plus). Ni une ni deux, te voilà à courir tout en balançant les boules, manquant de glisser deux bonnes fois. Tu vises étonnement bien, touchant du moins exactement là ou tu voulais viser, soit sur le torax ; un peu plus haut que la poitrine. L'idée n'est pas de faire mal, simplement de te faire remarquer, te faire entendre à ta façon.
Si tu avais voulût faire mal, tu aurais laisser Leiko travailler à ta place.

La langue bizarrement sortie, tu prends plaisir à ce petit jeu de chamboule-trous (je dis trous parce ces filles constituent un rassemblement de vagins) mais tes mouvements désordonnés te rappellent vite à l'ordre et sans que tu n'es le temps de prendre ton souffle pour une énième respiration, tu te retrouves dans l'eau. "Ne courrez pas, ça glisse" qu'ils disaient. En face de la pataugeoir ou le banc de thons avait prit siège, le rebords du petit bassin ne laissait place qu'à quelques pas, soit pas assez pour que tu puisses y prêter attention. Et ça n'a pas loupé, une glissade incontrolée de plus et tu chutes comme une brique au fond de l'eau.
1m50 de profondeur tout au plus, toi et tes 1m20 et des poussières ne sont pas à la hauteur -sans mauvais jeux de mots-. Surtout que dès lors que ton corps eu touché l'eau fraiche, tu t'es repliée en position cailloux. Le top pour atteindre les profondeurs et sentir ton petit cul se poser sur le carrelage du fond. Merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leiko Downfeather

avatar


MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Lun 29 Jan - 21:39

Toujours assise sur la pile de tapis, tout juste assez haute pour que les pieds ne touchent plus le sol, mais pas trop non plus. Une simple petite poussée des mains et on retrouvait à nouveau le plancher des vaches. Or donc Leiko était toujours assise là, enlevant la dernière bouée qu'il restait et observant Lee-na du coin de l'oeil. Elle était partie emmerder le banc de thon. En provocation, pour s'amuser, pour s'occuper, n'importe quelle raison était suffisante. Cela faisait sourire l'hybride, il y a quelques semaines encore elle se serait de suite jetée sur la sirène, comme ça, par principe, parce qu'elle a osé lui parler. Mais depuis quelques temps elle se contient, elle étudie sa victime, élabore des plans, minutieux, millimétrés. comme le faisait sa mère en tant qu'assistante de Jigsaw. Elle, elle s'en foutait de ce vieux bonhomme, elle, elle avait pour ça un autre maître. A présent elle enroulait et déroulait lentement la corde autours de sa main. Il fallait qu'elle soit solide, qu'elle ne casse surtout pas. Elle serra doucement la corde, pas pour se faire mal,pour vérifier, quand elle fut interrompue.

C'est ton nouveau joujoux ? Tu t'es mise au shibari ? Fais attention tu risques tu risque de te faire du mal avec ça pauvre petite pupuce !

C'était Milady, qui d'autre ? Elle releva la tête de son travail pour la fixer, la regardant passer la blague à ses copines, c'est vrai que ce serait dommage de passer à côté d'un tel talent de comique. Pathétique. Oui. Leiko n'était pas la fille qui détestait Milady par jalousie, elle ne la détestait pas non plus parce qu'elles s'étaient emmerdées plus d'une fois, Elle ne la détestait pas parce qu'elle faisait partie du genre de personne qui respire à moins d'un kilomètre de sa position et que cela fait d'elle, de fait, une personne détestable pour l'hybride, à quelques exceptions près. Non. Leiko la détestait car elle la trouvait pathétique. Pathétique d'avoir toujours ce besoin d'attirer l'attention, d'être au milieux de la scène, regardée, désirée. Qui brille en éteignant les autres. Ca. Leiko trouvait ça méprisable. Et c'est exactement ce qu'elle montrait, du mépris. Elle fixait Milady, la tête légèrement relevée pour la regarder de haut, un sourire mesquin sur ses lèvres. T'inquiète pas ma grande, tu saura à quoi sert cette corde bien plus tôt que tu ne le pense.
D'ailleurs, elle regarda sa main et desserra la dite corde, Celle-ci lui avait laissé une légère marque et bloqué le sang. Parfait, c'était tout ce dont elle avait besoin. Elle secoua légèrement sa main pour faire revenir son sang dans ses membres quand des cris lui firent relever une nouvelle fois la tête.
C'était Lee-na, Lee-na qui avait tiré les cheveux et arrosé, Lee-na, sa petite meilleure amie. Lee-na qui avait réussi à semer la panique un cours instant parmi le banc de thon. L'hybride ne put s'empêcher de rire face à ce spectacle et de lancer un sourire à Lee-na. Un sourire de "bien joué !" un sourire de "je t'adore toi !" Un sourire qu'on ne vyait sur son visage que lorsqu'il était adressé à Lee-na. La coréenne était la seule personne à qui elle souriait. Avec Victor elle faisait la fière, la fille forte, elle voulait l'impressionner, elle ne souriait pas. Avec Lucas, ils se chamaillaient, se battaient pour rire, il lui montrait sa magie et ça l’impressionnait elle. Mais elle ne souriait pas, jouant sa tsundere. Avec les autres elle souriait parfois, des sourires sadiques, des sourires mesquins ou narquois, des sourires de provocation. Lee-na était la seule personne capable de la faire rire et sourire, un sourire de joie. Un sourire franc.

Petite conne ! Tu te crois permis de tout parce que ton père est mort ?! "Oh ! Regardez moi ! J'ai à peine arrêté de mettre des couches que je me retrouve sans papa" avec comme seule famille une mère bien trop conne et une soeur qui jamais t'aimeras ?! T'es rien dans ce monde ma pauvre petite tu devrais plutôt rejoindre ton chinois de père !

Le truc qu'il fallait pas dire, pas à Lee-na. Son père était mort en partie par sa faute, enfin, par procuration. Après tout, c'est sa mère qui l'a tué et humilié. Elle ne savait pas quoi en penser. Fondamentalement elle n'avait rien cotre sa mère, elle n'a fait que tuer et torturer, comme elle l'a toujours fait, comme elle-même le fera sûrement. Et elle n'avait rien contre ça, elle trouvait même ça normal, voir cool. Mais elle lui en voulait parce que c'était Kim. Non pas qu'elle aimait spécialement le coréen, elle s'en foutait, mais c'était le père de Lee-na, et elle savait à que point il était important pour elle. Et donc lui faire du mal c'était faire du mal à Lee-na, et ça c'était impardonnable, Mère ou pas.
Elle regarda Milady, d'un air mauvais cette fois, et allait venir à sa rencontre quand elle vit Lee-na qui avait pris ses bouées. Cette action avait coupé tout élan d’agressivité chez la démone tellement c'était incongru, tellement c'était Lee-na. Elle la regarda jouer à lancer ces bouées sur les filles, ça l'amusait elle aussi. Quand tout à coup, plus de Lee-na. Plouf Lee-na.
Merde.
Lee-na a peur de l'eau, la démone le sait, et 'est elle qui l'a emmenée ici. Si elle ne l'avait pas emmenée, si Milady n'avait pas été là, si elle était allée la tabasser directement, rien de tout ça ne serait arrivé. Elle ne se posa pas plus de question que ça et plongea. Un plongeon remarquable et droit, pour quelqu'un qui n'avait pourtant pas spécialement écouté aux cours de natation, préférant faire des croche pieds aux autres. Elle nagea aussi vite qu'elle le pût, le chlore lui piquait les yeux et elle n'avait pas spécialement pris une grande inspiration. Le poids sur sa poitrine lui faisant bien remarquer. Au fond de l'eau elle vit une petite forme pâle, recroquevillé sur elle même, les cheveux flottant autours de son visage. Elle nagea vers elle, passa un bras sous son épaule et donna un violent coup de pieds sur le fond pour pouvoir remonter. Il n'y avait pas grand chose. Leiko était relativement grande pour son âge. Elle remonta sur le bord et tira Lee-na vers elle, la ramenant sur terre. Elle l'allongea sur le sol. Elle était trempée. Ses yeux étaient toujours fermés mais elle respirait. Elle n'avait sûrement pas eu le temps de se noyer. Elle l'appela doucement.

Lee-na ? C'est Leiko .. Ouvre les yeux, regarde moi.

Elle serra le petit être dans ses bras. Elle n'était pourtant pas en danger et n'allait pas mourir, mais elle avait dû paniquer, et ça, c'était de sa faute. Et pour la première fois depuis très longtemps, elle se sentait désolée et culpabilisait. La démone se releva, tenant toujours Lee-na dans sas bras, elle n'était pas lourde, un poids plume même pour la crevette qu'était Leiko. Elle la posa sur la pile de tapis sur laquelle elle était quelques instants plus tôt. Elle attrapa une serviette et entreprit de sécher son amie. Qu'elle ne soit plus trempée. Et pendant tout ce temps elle entendait rire. Elle entendait le rire de Milady, elle entendait le rire de la bande qui l'accompagnait. Elle les entendait. C'était peut-être réel, elle l'imaginait peut-être, elle déconnait en ce moment. ça pouvait être que dans sa tête c'était une possibilité. Mais elle les entendait.
Milady. Si elle n'avait pas été là Lee-na ne serait pas tombée dans l'eau, si elle n'avait pas été une poufiasse en manque d'attention, si elle avait fermé sa gueule. Lee-na irait bien à ce moment précis. Elle leurs tournait le dos. Les rires faisaient monter sa rage.
Doucement elle termina de sécher Lee-na. Elle lui caressa doucement le visage avant de reprendre la corde qu'elle avait laissée sur la pile de tapis. Elle s'approcha de la pataugeoire et voyait la bande rire, lui parler. C'était flou, elle n'entendait pas distinctement ce qu'il se disait. Parce qu'elle était aveuglée par sa haine, et peut-être parce que ce n'était que dans sa tête. Peut-être. Arriée au niveau de la sirène elle la fixa, la bouche légèrement entrouverte, les dents serrées. Jamais elle n'avait autant haïs quelqu'un. Sans s'en rendre compte elle utilisait son pouvoir. Des petites boules d'eau flottaient autours d'elle. Plus ses émotions, et particulièrement sa rage étaient forte, plus son pouvoir était puissant. Ses pupilles s'étaient dilatées, elle souriait à la sirène, pas un sourire de joie cette fois, un sourire nerveux, un sourire de rage. Le disjoncteur fit une grosse étincelle et toutes les lumières s'éteignirent, là encore sous la pression du pouvoir de l'hybride. Ce n'était pas prévu, mais elle en profita. Tout le monde ayant tourné la tête un court instant vers le disjoncteur pour voir la source du bruit et de la lumière. Ce court instant était suffisant.
Elle sauta sur le dos de Milady, lui tirant les cheveux et la faisant tomber la face la première dans la pataugeoire. Ce n'était vraiment pas profond. Leiko descendit de Milady mais lui maintenait la tête sous l'eau en appuyant son genoux sur son dos. Foutue la coiffure et le maquillage ! Mais elle ne s'arrêtera pas là. Doucement, elle déroula la corde qu'elle passa autours du cou de la sirène. Et elle serra fort, toujours en la maintenant sous l'eau.
On ne pouvait pas noyer une sirène, mais l'étrangler, Oui.

Et pour la première fois Leiko n'avait pas un sourire sadique comme lorsqu'elle torturait n'importe qui auparavant. Elle avait un visage parfaitement neutre, le regard droit sur ce qu'elle faisait, concentrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar


Un peu plus sur ton perso ?
né(e) le:
Petit(e) ami(e):
signe(s) particulier(s):

MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Mar 30 Jan - 0:35

Voilà que l'arroseur fut arrosé,
Petit poisson coloré.
La gamine s'est vengé, il fallait s'en douter, l'imprévisible si prévisible qu'elle est. Un jeté de bouées surgit. C'est qu'elles ne sont pas faites en mousses, les bouées de lignes mais dans une sorte de plastique léger. En plus étant jetées, une force supplémentaire n'était pas négligeable.
Les filles se protégèrent pathétiquement derrière leurs petits bras pas plus épais que leur tailles de guêpes.
Des petits "hey !" des petits "ah !" et d'autres petits sons de plaintes en plus de cris exagérément aiguës retentissent. Bientôt la pluie de flotteurs cessa et Milady regarda Lee-na, crocs sorties, yeux noirs comme la nuit. Soudain la petite eurasienne tomba à l'eau, à croire que se fut à la seule volonté de la sirène qui se mit à exploser de rire suivie de ses consœurs bien moins enchantées qu'elle à l'idée de voir une gamine se noyer, l'une d'entre elle ayant même chercher à secourir la petite mais une deuxième la retient, lui laissant paraître que "la patronne" n'allait pas apprécier la lueur de sympathie ou dût moins l'instinct direct d'apporter aide à autrui.
Aider ? En voilà un drôle de mot ! Milady ne connait pas ce mot, elle n'a dût jamais l'utiliser en vérité et encore moins le mettre en pratique.

La sirène observa d'un oeil amusé la scène de sauvetage de Leiko. Qu'elle peut être pathétique cette fille ! Secourir une fille aussi peu importante qu'elle. Elle est pourtant si banale, elle fait tâche dans ce décor, une imparfaite de par son handicape et ses croisements multiples. Milady, elle, est française de pure souche, du moins, européenne. Fille unique née de deux créatures aquatiques, comme elle, qui plus est, sont deux poissons combattants: on aurait certainement pas croisé un magnifique spécimen de Betta splendens avec une vulgaire truite ! Une telle lignée se préserve ! Et quand on voit la beauté de Milady, on s'accorderait à dire que cette sélection strict à bien eu raison d'elle; si seulement sa beauté avant été égale à son coeur, elle aurait été de ces filles intéressantes de par leur lumière naturelle et leurs gentillesses sans égale.
Malheureusement c'est comme je vous l'ai dit: un fruit traité: belle à regarder mais sans goût, sans arôme, fade.
Après le dit sauvetage, alors que la pseudo démone s'entêta à prendre soin de cette vulgaire pseudo humaine sans intérêts, Milady se remit à rire avec ses copines, certaines aussi pourries qu'elle, d'autres bien moins enjouées de par le rire forcés qu'elles émettaient.
Soudain, et ça a été rapide, les lumières explosèrent, des phénomènes étranges se produisirent. Milady et les autres ne se préoccupèrent plus directement de Leïko, occupées à observer avec crainte se qu'elle produit sans véritablement comprendre que c'était d'elle que ça venait, si bien qu'elles ne remarquèrent pas l'expression de la jeune Downfeather en face d'elles.
Ni une, ni deux, l'élue du viseur de Leïko fut poussée à l'eau littéralement sans qu'elle ne vit quoi que se soit. Les autres firent un bond en arrière avant de comprendre la détresse et préféraient sauver leur peau.
Contrairement à se l'on penserait de Milady, celle-ci à beau être une sirène, étant de l'espèce des Combattants, elle peut se noyer au bout d'un certain moment passé sans prendre l'air à la surface; étant mise à terre sans y avoir été alertée - ça n'aurais pas été drôle autrement - elle n'avait pas accumulée assez d'oxygène pour tenir aussi longtemps qu'elle ne le peut habituellement.
La pressier des genoux de son ravisseur sur son dos lui ploquait tous simplement tous mouvement de la nuque pour reprendre son air, ce qui, en plus de la corde qui venait de lui être passée et serrée, l'a conduisait directement vers le tombeau.
La besogne aura durée un bon moment, elle aura même tenté de faire la morte pour que Leiko la libère, sans succès sachant qu'elle ne pouvait clairement pas rester tranquille.
Les bruits aux alentours se dissipèrent dans l'air et les sensations se faisaient plus agréables pour finir par ne plus exister. Ses mouvements se font plus saccadées, moins vifs pour finir par se stopper.
Quel ironie pour un poisson que de finir noyé, n'est-ce pas ? Noyé, et étranglé. Une horreur que le commun des vivants ne peuvent imaginer.

Non...
Elle n'est pas arrivée l'heure où on sonne les cloches de l'Eglise pour la belle Milady !
Un sursaut de dernière chance, elle n'avait peut-être plus assez de force pour retrouver sa queue de sirène mais elle resta assez agile pour donner un coup de talon de pied peu importe où sa toucherait Leiko. Elle profita de ce mouvement pour balancer sur le côté et cogner Leiko au sol en lui agrippant elle aussi au cou.

La suite, dans de prochaine aventures...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee-na Kwon-ji

avatar


MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Mar 30 Jan - 19:24

L'eau ça mouille. C'est froid. C'est désagréable, on se sent poisseux et complètement inconfortable. Mais ce n'est pas le pire.
Ce n'est pas l'eau, le pire, c'est le fait qu'à l'intérieur de celle-ci ; dans ses profondeurs, tu sois encore plus faible qu'à l'accoutumée. Plus petite, plis réduite au silence, plus insignifiante. Mais chut, ces pensées sont les petits démons cachés dans tes pensées, à l'extérieur tu n'as cas dire que tu crains l'eau simplement parce qu'elle mouille. Quoique non, tu n'as rien besoin de dire.

Les fesses fermement collés au sol, tu attends. Peut-être que tu remonteras toute seule qui sait, peut être même que des branchies te pousseront.

MIEUX ENCORE. Une pression te décolle de ton nid, tu te sens encore plus légère et encore plus maléable. D'origine, tu as un corps facilement modelable dans le sens où tu plies aux pressions sans trop opposer de conditions dès lors que tu acceptes un contact physique. Leiko a le droit de te manipuler, comme un pantin, tu te laisserais traîner en laisse près d'elle. Evidemment, tu ne garantis aucune obéissance,le chemin ne serait évidemment ni droit ni contrôlé, mais tu finirais par revenir à ta maîtresse parce qu'en vérité, être seule ne te sied guerre petit monstre.
Or donc, Leiko s'empresse de te sauver comme il se doit à ton plus grand -et secret- soulagement. Sortie de l'eau, tes poumons comprennent vite que l'air est vraiment ton élément, bien qu'ils aient tout de même tentés de respirer sous l'eau. C'est sans doute ce qui explique que lorsque tu ouvres les yeux pour découvrir le visage de ta meilleure-amie près de toi et que tu décides de lui sourire à pleine dent, une vague d'eau mélangée à ta salive se déverse le long de ton menton, suivant la ligne de ton cou. Bof, pas grave.
Une fois de plus, tu es soulevée et emmenée vers un coin plus tranquille. MAIS EH, T'ES VIVANTE. Et ça, c'est un soulagement. Tu n'as pas eu un seul instant peur de mourir, tu ne te souviens pas que cette peur t'ai un jour traversé l'esprit, ni en traversant inconsciemment la rue comme tu le fais ni en mettant ta main dans la cheminée comme tu pourrais également le faire.
Un séchoir allumé proche de la baignoire, courir avec une fourchette. Eaasy.

Snape, snape, severus snape. Voilà à peut près ce qui peuple ton cerveau alors que la serviette se secoue sur ton visage. A un moment, tu vint à saisir la main de Leiko pour la stopper dans ses mouvements et plonger dans son regard. Merci, je t'aime, t'es qui. Ce regard signifie surement un peu des trois et tu ne doutes pas un instant qu'elle l'a compris. De toute façon, elle est la seule à qui tu peux parler sans avoir à parler justement. Même Cali et toi avez inventé un langage qui vous permet de communiquer, aussi simple soit-il. Alors que Leiko, un regard lui dit plus que tu ne pourrais l'avouer, et à ce moment, tu voulais juste qu'elle reste même un petit peu plus près de toi.
Sauf que.
Sauf qu'évidemment, il est improbable d'espérer que ta démone reste le cul vissé sur sa chaise sans avoir envie de péter une ou deux machoire (ou nageoire) et tu l'as compris. Après qu'elle t'ai caressé le visage, tu la vois s'éloigner en direction du petit groupe comme tu aurais pu l'imaginer. Et la scène se reproduit, comme il y a quelques années, la même atmopshère, la même rage ambiante, le même regard. Tu te redresse et observe calmement, soupirant légèrement.  Des lors que la lumière s'éteint, tu te lève sans même regarder les ampoules. De petites plaintes se font entendre, et tu imagines un court instant si ce bain finissait comme celui de Claude François, éléctrique. De petits pas assurés plus tard, tu te retrouves face à Milady sous l'eau, face à ses amis dont le teint avait désirablement tournée au blanchâtre. Et tout ce temps, tu ne fis rien.
Pas plus que tu n'as aidé le petit Thomas en crise d'épilepsie la semaine dernière, pas plus que tu n'as aidé Céleste à attraper la télécommande face à toi hier soir, pas plus que n'as aidé le papillon à l'aile cassé cette après-midi. Non pas que voir ces souffrances, plus ou moins dosés, te procure une satisfaction certaine (pas du tout même) mais c'est plus ton indifférence qui joue. D'autant plus que là, c'est le terrain de jeux de Leiko. Au même titre qu'on ne touche pas à tes jouets, tu ne touches pas à ceux des autres.
Oh, un ballon
et voilà que ton attention se détourne pour que tu cours après la petite balle en mousse orangée pour la serrer contre toi, puis la mordre. La mousse imbibée d'eau se trouvait particulièrement satisfaisante à machouiller, vraiment!

Tu t'éclates à jouer au ballon pendant que Leiko s'éclatte à éclater des gueules, cette après midi n'est finalement pas si moisie.
Sauf que -on les aimes, les "sauf que"
Retournement de situation digne du plus stimulant épisode de Joséphine Ange gardien, Milady reprend du poil de la bête, ou plutôt des cheveux de Leiko. Merde. Ton indifférence ayant ses limites -sa seule limite étant justement ta meilleure amie- tu intervint en te jetant sauvagement sur l'un des chiens de Milady pour lui mordre le bras, puis la joue, puis tout ce qui ressemble un tant soit peu à de la peau. Le tout pour crée une panique qui déstabilisera, ne serait-ce qu'un quart de seconde la sirène en chef permettant à la démone croisée de reprendre le dessus. Quoique non, c'est bien trop long finalement d'attendre que la bagarre se finisse.
MAIS QUE FONT CES PUTAINS DE MAITRE NAGEUR.
Justement
Tu saisis l'occasion pour lacher la pauvre fille que tu malmenais de tes pauvres vingts kilos pour ramper à quatre pattes en direction d'un de ceux au short moule-bite rouge, pile à la bonne hauteur. Pile à la bonne hauteur pour saisir fermement le sifflet de cet homme (titre) et te mettre à souffler dedans de toute tes forces. Un cri déchirant et franchement insuportable, tu rappelles tout le monde à l'odre. Ou plutôt, tu attires l'attention vers toi dans l'espoir que Leiko te sortes un "viens, on dégage", parce que les bagarres franchement, très peu pour toi. La roue tourne toujours, tu y crois, alors de toute façon cette sirène finira par avoir ce qu'elle mérite, aucun doute la dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doan Clain

avatar


Un peu plus sur ton perso ?
né(e) le: 19 septembre 2010 (25 ans)
Petit(e) ami(e): Célibatair
signe(s) particulier(s): borgne de l'oeil droit, possède une cicatrice une longue cicatrice sur son torse

MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   Sam 17 Fév - 21:21

Doan aussi était là mais au fait il était là juste pour l'utilité de sa narratrice qu'il aime tant parce qu'elle s'ennuie de lui.

Et aussi parce que tu veux raconter n'importe quoi :/

Oui aussi oui. Alors donc Doan était là aussi à la piscine, habillée d'une combinaison de ski et...

Oh je t'aime ! *3*

Soudainement comme ça ?

Tu as mis "habillé" au féminin !:3

Oui mais tu as une combi de ski... A la piscine...

C'est pour éviter d'avoir froid ! ^^

Oui enfin tu ressemble à une étoile de mer naine et grosse ridicule :/

Donnes moi une action !

Doan alors, surpris de ne plus rien voir - déjà qu'il ne voyait pas grand chose de base - glissa et se fit le cou du lapin du le bord de la piscine.

Pfff ! OwO

T'es censé être mort !

Tu as marqué le "cou" du lapin !

Et ?

Ca s'écrit "coup" ! :' )

Stop

Et donc cela fait un jeu de mot plutôt drôle tu comprends ? le "cou du lapin"... Parce qu'il a été brisé ! OwO Son cou !

Vous me saoulez tous là toi et les deux autres narratrices, j'sais pas écrire et alors je dis qu'est-ce que je veux ! Pour la peine finalement tu ne viendras pas dans ce rp tu reste à-la-maison !

Ooh mince alors comme c'est embêtant ! Je vais donc devoir rester chez moi avec mes enfants et Evangeline à vivre une vie normale sans soucis, surement à rire et à prendre du bon temps avec ma famille; comme c'est ennuyeux :'p

T'inquiètes, les soucis et les problèmes ça vous viendra plus tard, pour le moment on doit casser des putes ! : ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
A LA FLOTTE ! (rp piscine libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghostly Roses :: En dehors du village :: Piscine-
Sauter vers: